• Démarche

     

               "Comment vivre sans inconnu devant soi?"

     

    Philippe Dessein

    répond Philippe Dessein citant le poète René Char à la question : "Pourquoi la gravure?"

    Qui connaît le burin, la pointe sèche, l'eau-forte, l'aquatinte ou le carborundum sait combien ces procédés d'empreinte sur cuivre demeurent source d'imaginaire.

    Ses débuts d’aquarelliste lui permettent de participer à de nombreuses expositions dans le Sud-ouest. Il ouvre, à cette époque, un atelier d’enseignement de cette pratique plastique dans la région toulousaine.Initié à la gravure aux Beaux-arts de Toulouse, il poursuit à la Sorbonne des recherches universitaires où il explore le médium photographique notamment  « la photographie sans objectif ». De nombreuses années durant  s’ouvre à lui les voies de l’enseignement des Arts plastiques. Les stages à l’école Estienne l’engagent à se consacrer désormais à la gravure. Il expose régulièrement en Touraine et en Bretagne.

     

    Démarche

  •   Achatina fulica  2015

    L’escargot géant, Achatina fulica, est originaire d’Eutanasie. Met succulent quoique mortel, il ravit les palais avertis. A ce jour, l’oignon est le seul antidote. Recette : rôtie dans la coquille, sur braises ardentes, la chair est pilée * puis mélangée à la bave qu’on a pris soin de recueillir durant la cuisson. La pâte obtenue, par son âpreté, enchante les papilles. Le gourmet qui refuse de passer du repas au trépas croquera l’oignon cru en abondance avant et après la dégustation .**À noter : par effet de mithridatisation les plus réguliers des croqueurs d’oignon cru échappent au sort funeste que réserve l’Achatina fulica aux gourmands trop pressés.

     * L’extrait sec obtenu est nommé, dès le XXVII siècle : « Poudre de succession ». * * L’expression « creuser sa tombe avec sa fourchette » prend tout son sens si, par mégarde, on oublie que l’oignon fait la force.

     

    2015

     

    L’homorille

    L’homorille est une éponge au sens où le cerveau est une éponge. Sautée dans un poêlon dans quelques gouttes d’huile d’olive noire parfumée de copeaux de truffe, l’homorille est cueillie sous un ciel sans lune et cuisinée de préférence à la nuit tombée. Elle régale le drille qu’elle dépouille de ses joyeuses certitudes. À noter. Les nombreuses qualités reconnues à l’homorille : elle plombe le festin, remet les idées noires en place, défavorise les connections neuronales, gomme le baume au cœur, prévient l’optimisme, protège de la béatitude, guérit du rire gras, freine la convivialité, met en fuite l’hagard bien-être. En bref, ce mélanome de l’esprit  ouvre le néant sur la néantitude.

     

     

      

     

     

     

    Escuele d’olz

    Telle l’ostrea divine à gouster

    Après avo2015ir croqué

    Laisser descendre par le gosier

    L’oil arousé de citrus

    Icelui fera la pupille briller

    De masle ou femele indifféremment

    D’equal savor.

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique